[StartMeUp] VIX : des capteurs intelligents pour l’industrie

Tomas Crivelli est Argentin, mais c’est à Rennes qu’il a décidé de poser ses valises pour y créer son entreprise une dizaine d’années plus tard. VIX, en phase de maturation depuis un an chez Inkubator avec Inria Startup Studio, a aussi intégré StartMeUp en février dernier. Son innovation ? Des capteurs intelligents, conçus pour contrôler la qualité des produits dans l’industrie. 

Voilà une décade que Tomas Crivelli bûche sur le sujet de l’intelligence artificielle appliquée au traitement de l’image dans l’industrie. Après une thèse en doctorat à l’INRIA Rennes en 2010 sur la vision par ordinateur, il devient senior scientist dans le traitement de l’image chez Technicolor à Cesson-Sévigné. En 2017, il crée sa première entreprise en Argentine, qu’il pilote depuis la Bretagne, et développe des solutions d’intelligence artificielle appliquées aux images caméras pour l’industrie, la métallurgie ou la manufacture. Une aventure en prémisse de VIX car il y déploie un algorithme capable d’analyser les images et de détecter les défauts de fabrication.

Des capteurs intelligents peu gourmands en data

« La proposition de valeur de VIX est en lien fort avec l’IA, qui a un énorme potentiel d’applications. Pourtant cette technologie reste plutôt en mode expérimental. Pour le moment, les laboratoires de recherche n’arrivent pas vraiment à impacter le marché de la production », note Tomas Crivelli. « Ainsi, 90% des projets d’intelligence artificielle dans l’industrie ne dépassent pas le stade de prototype. »

Un constat qu’il explique par deux problématiques majeures : « D’une part, il est difficile de lancer ce type de projets auprès des entreprises industrielles qui n’ont pas les ressources, en temps ou en argent, pour implémenter ces solutions. D’autre part, les technologies déployées par des sociétés spécialisées sont sur mesure, ce qui demande un temps de préparation conséquent pour structurer les données et entraîner les machines à la détection des défauts. » Il ajoute sur ce point : « les données sont une contrainte à part entière, car certaines entreprises ne souhaitent pas les divulguer lorsqu’elles sont structurées — et elles ne sont pas toujours. »

C’est pour lever ces différents freins que Tomas Crivelli a créé VIX : « la donnée n’est plus un élément bloquant, car nous indiquons aux capteurs cognitifs ce qu’est une pièce normale, sans spécifier de défaut. Les algorithmes sauront comparer et détecter une anomalie. Cela permet de réduire énormément la quantité de données nécessaires, mais aussi l’effort de construction de ces ensembles de données. » Il précise : « Nous ambitionnons de concevoir un produit facile à intégrer aux solutions existantes, pour qu’il soit modulable et adaptable aux caméras, au système informatique ou aux process qualité de l’entreprise industrielle. »

Du MVP au PoC… pour commencer 🙂

Avec StartMeUp, Tomas Crivelli a pu affiner sa connaissance de son marché et de ses clients : « grâce à cette customer discovery, j’ai identifié les segments sur lesquels développer VIX. Nous nous sommes aussi projetés sur l’après : des levées de fonds et financement notamment. » Il avoue : « j’ai un profil très technique, et j’envisage d’intégrer un expert en marketing. »

Il conclut : « l’étape de développement commence maintenant, avec la création de mon MVP prototype. Je suis aujourd’hui en discussions avec des sociétés intéressées pour lancer un PoC sur cette technologie. Les accords de confidentialité seront signés dans les prochains jours. » Décollage imminent !