[StartMeUp] Thrasos, la solution sécurité des aliments 4.0

Pour ce nouveau portrait, direction l’agroalimentaire et les nouvelles technologies — filières d’excellence en Bretagne, reconnues à l’échelle internationale. À la croisée de ces deux secteurs, Mahieddine Chergui a développé un outil permettant de manager la sécurité des aliments des sites de production grâce à l’intelligence artificielle. Une solution unique et innovante pour faciliter la mise en place de standards d’hygiène écoresponsables pour les industriels. Rencontre avec son fondateur. 

Un ingénieur aux idées disruptives

Mahieddine Chergui, fondateur de Thrasos

Mahieddine Chergui, fondateur de Thrasos

Après plus de 15 ans dans le secteur de la sécurité des aliments en tant que fournisseur, cet ingénieur diplômé de l’ENSAIA a développé une approche disruptive de la gestion de la Food Safety, mêlant puissance de l’intelligence artificielle et recherche fondamentale pour répondre à une problématique rencontrée quotidiennement sur le terrain. « J’ai toujours été attiré par les nouvelles technologies — en particulier l’intelligence artificielle — et suis passionné par l’agroalimentaire, dans lequel j’évolue depuis toujours. Je suis convaincu qu’une solution d’intelligence artificielle optimale ne peut être efficace qu’en capitalisant sur une expertise humaine. C’est cette expertise qui est placée au cœur de la solution Thrasos, combinant les innovations actuelles — qui dessinent les contours de l’industrie du futur — à une approche scientifique ».

« Thrasos s’appuie sur ma connaissance de l’industrie agroalimentaire et des aspects liés à la sécurité des aliments. Mon projet est issu d’un constat : la gestion de la sécurité des aliments reste aujourd’hui encore trop souvent subjective et peu optimisée. J’avais l’intime conviction qu’il était possible de faire mieux et différemment en capitalisant sur les technologies émergentes. C’est ainsi qu’est née l’idée de proposer une solution complète, sécurisée et Ecofriendly by design et participer à la dynamique de l’industrie 4.0 dans laquelle le secteur agroalimentaire entre ».

 

Thrasos, un concentré de Science

Le logiciel imaginé par Mahieddine Chergui permet de visualiser l’ensemble des informations liées à la « Food Safety », c’est-à-dire la biosécurité des aliments. Il s’adresse principalement aux transformateurs — par exemple les acteurs de l’industrie laitière, des boissons, des sauces ou encore des plats cuisinés. Souvent, ces acteurs gèrent des processus de fabrication complexes, comprenant différentes lignes de production.

Les différentes machines utilisées lors de la fabrication doivent être désinfectées régulièrement afin de garantir la sécurité sanitaire des aliments. « Actuellement, ces procédures de nettoyage ne sont ni optimales ni optimisées. L’objectif est d’optimiser les opérations de nettoyages en analysant de façon scientifique et rigoureuse l’ensemble des paramètres de la production agroalimentaire. La plateforme réunit différentes fonctionnalités en une même interface intuitive qui permet de monitorer et piloter en temps réel les opérations d’hygiène et anticiper les éventuels incidents, et ce sur chaque ligne de production ».

L’outil autonome et adaptatif conçu par Thrasos centralise les éléments liés à la qualité, la production et l’environnement afin d’adapter au mieux les cycles de lavage. « C’est une révolution dans la gestion de la biosécurité puisque l’on change complètement de paradigme. Plutôt que de fonctionner avec des informations en silo et des arbitrages en réaction à un problème, l’interface permet de rationaliser les actions de manière automatique et prédictive. En compilant toutes les données de manière pertinente et en temps réel, c’est une puissante aide à la décision qui est mise à la disposition de l’ensemble des services des sites industriels agroalimentaires ».

Au-delà de cette innovation technologique et scientifique, l’entrepreneur a développé une interface intuitive. « J’ai voulu créer un outil qui offre une nouvelle expérience utilisateur dans le monde agroalimentaire, qui soit facile à appréhender et qui permette d’accéder de façon immédiate et intuitive, à l’état sanitaire des lignes de production, réduisant ainsi fortement le temps de prise en main ».

Une double expérimentation

Pour éprouver sa solution avant d’entamer sa commercialisation, Mahieddine Chergui travaille en étroite collaboration avec un Institut de recherche spécialisé dans le domaine agroalimentaire. « Ce qui permet d’asseoir la crédibilité de mon outil d’un point de vue scientifique. J’ai la chance d’être entouré par les meilleurs chercheurs dans la sécurité des aliments et d’experts en intelligence artificielle ».

En parallèle, plusieurs expérimentations sont à l’étude, en collaboration avec des industriels partenaires et en lien avec les pôles de compétitivité Valorial mais aussi Bretagne Développement Innovation (BDI). « Ces réseaux m’ont permis de flécher des industriels expérimentateurs. Moi-même issu de l’opérationnel, je souhaite éprouver ma solution sur le terrain pour qu’elle soit au plus proche des attentes de mes clients ».

Différents industriels ont déjà manifesté leur intérêt pour cette innovation. La région ainsi que le gouvernement ont également fait preuve d’un soutien fort, comme nous l’explique Mahieddine Chergui : « J’ai eu la chance d’être retenu pour intégrer l’incubateur Emergys Bretagne et de recevoir une Bourse French Tech Emergence. Cette aide vient récompenser les startups à fort potentiel dans le domaine de la deeptech. C’est une très grande fierté pour moi que mon projet soit reconnu dans l’écosystème de la Tech ».

Le Poool, acteur incontournable de la Tech

Pour l’entrepreneur, qui avait déjà une vision assez précise de son projet, le programme StartMeUp a été l’occasion de tisser des liens avec des pairs et des intervenants, essentiels selon lui. « Le choix du Poool a été logique et naturel. Lorsqu’on crée une startup et qu’on évolue sur des sujets techniques, c’est un protagoniste incontournable pour structurer l’entreprise. C’est un acteur central qui m’a permis d’être bien entouré ».

Comme nous l’explique Mahieddine Chergui, son accompagnement par Le Poool a été l’occasion de rencontrer des cabinets d’expertise-comptable, juridique, mais aussi des banques et d’autres partenaires financiers prêts à subventionner des innovations. « Tous ces contacts sont primordiaux pour une startup en phase de développement ».

Il enchaîne : « J’ai beaucoup apprécié mon année au sein du programme. J’ai pu rencontrer d’autres entrepreneurs avec qui j’ai pu échanger sur des problématiques souvent proches. J’ai reçu des conseils pertinents et des avis extérieurs qui m’ont été précieux pour m’orienter ».

Un retour d’expérience très positif qui souligne l’intérêt pour les porteurs de projets d’être accompagnés par des structures polyvalentes comme Le Poool.