[StartMeUp] CUBR traite les données… plus vite que son ombre !

Ingénieur de formation, Erwan Drézen s’est lancé dans l’aventure entrepreneuriale en 2019 en créant sa startup, baptisée CUBR. Pendant plus d’un an, il s’est investi dans la recherche et le développement de ses propres algorithmes dédiés aux acteurs de la santé. Sa promesse ? Un traitement en temps réel de données de millions de patients. 

Des algorithmes véloces

C’est la particularité de CUBR : « Les algorithmes que j’ai conçus traitent des données temporelles : une action réalisée par un utilisateur à un moment précis. Ces données sont essentielles pour tous les acteurs publics ou privés qui souhaitent analyser le parcours de soin », explique Erwan Drézen. Concrètement, les épidémiologistes, statisticiens ou cliniciens qui feront appel à CUBR seront en mesure de comprendre le parcours de soin des patients, de suivre leurs hospitalisations ou encore leurs parcours en médecine de ville.

Erwan Drézen complète : « CUBR peut traiter des centaines de millions d’événements, de façon ultra rapide. C’est son autre valeur ajoutée, car les utilisateurs peuvent générer des dashboards en temps réel, sur des millions de patients. »

CUBR peut aussi s’apparenter à de la business intelligence : « les cliniciens peuvent analyser si les recommandations préconisées par ses services sont effectivement suivies par les patients — pour le traitement d’un mélanome par exemple, au sein d’un service de dermatologie. Par ailleurs, il pourra identifier si ces recommandations correspondent à celles des sociétés savantes ».

Trouver des réponses en temps réel

Erwan Drézen  le souligne : « les données que nous traitons sont séquencées dans le temps, un atout de taille pour comprendre pourquoi telle action est réalisée de telle manière. CUBR permet aussi de zoomer au sein même de ces données, de l’échelle d’une population à celle d’un patient donné. Et les résultats sont quasiment immédiats»

« Je me place en amont de la chaîne de valeur de la donnée : en d’autres termes, face à une question spécifique, je peux identifier si les datas dont vous disposez vous permettront de répondre à cette question. » Un gain de temps considérable !

Pour autant CUBR ne remplace pas les outils statistiques traditionnels, mais apporte un complément avec une solution plus interactive. À noter que la startup, qui a déployé son propre outil de visualisation de la data, peut aussi s’adapter aux solutions existantes. « Notre technologie est suffisamment ouverte pour être appliquée à tous les schémas de visual analytics. », précise-t-il.

Entre démarche scientifique et parcours entrepreneurial

Même s’il ne s’agit pas d’un partenariat officiel, Erwan Drézen  a travaillé pendant de nombreuses années avec l’équipe REPÈRES, en co-tutelle avec l’Université Rennes 1 et l’EHESP — l’École des hautes études en santé publique. « Je reste en étroite relation avec cette équipe. Nous venons d’ailleurs de soumettre une publication conjointe sur la problématique non triviale de l’appariement de bases de données. » L’objectif de CUBR : « faire la preuve de la validation de notre solution dans les données de santé, même si cette technologie est adaptable à d’autres secteurs. »

Erwan Drézen est aussi membre de la 7e promo StartMeUp — qui tirera prochainement sa révérence, après les pitchs de fin de parcours. « J’ai un profil technique, une expertise que j’ai voulu valoriser dans la santé. Pour autant, quand j’ai créé mon entreprise, je suis parti  la fleur au fusil. Avec un accompagnement comme celui de StartMeUp, j’ai pu embrasser le marketing dans son ensemble, et mieux structurer, rationaliser mon projet entrepreneurial. » Il conclut : « si je pensais avoir L’idée en créant CUBR, j’ai maintenant les idées beaucoup plus claires ! »