Success story : HOPPEN avec Matthieu Mallédant (CEO)

Pour cette nouvelle « Success Story », direction un marché en pleine croissance : celui de l’e-santé ! HOPPEN est une entreprise rennaise qui propose une offre unique, visant à accompagner les établissements de soins et de santé dans leur transformation digitale. Ces solutions 100% françaises, commercialisées en France et à l’international, s’articulent autour de 3 pôles couvrant l’ensemble du parcours de soins du patient et facilitant le quotidien du personnel. Rencontre avec Matthieu Mallédant, cofondateur d’HOPPEN, et membre du Cockpit du Poool !

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Matthieu Mallédant, CEO d'HOPPEN

Matthieu Mallédant, CEO d’HOPPEN

J’ai un parcours d’ingénieur en informatique dans différents groupes, notamment chez Orange sur des logiciels embarqués. C’est en 2011 que nous avons lancé HOPPEN — Télécom Santé à l’époque — avec Sébastien Duré.

Qu’est-ce qui t’a donné envie d’entreprendre ?

Suite à l’hospitalisation d’un proche, j’ai passé du temps à lui rendre visite et donc dans le milieu hospitalier. C’est là que j’ai constaté que les occupations proposées aux patients étaient assez réduites : télévision en option, téléphone payant à la minute et pas de 3G. J’ai observé l’écart énorme qu’il y avait entre ce qui était disponible à la maison (ordinateurs, consoles, etc.) par rapport à l’hôpital, alors même que la personne était malade, stressée et s’ennuyait ! Ce sont finalement les familles et amis qui étaient apporteurs de solutions : livres, appareils électroniques, etc.

 

Au départ, nous avons créé des tablettes utilisables en milieu médicalisé, respectant des normes strictes — par exemple l’étanchéité pour une désinfection simple et l’utilisation de matériaux antibactériens. L’objectif : mieux traiter les demandes des patients. Car nous avions constaté que le bouton d’appel d’urgence était le seul moyen de communiquer en chambre. Or toutes les demandes ne relèvent pas du même caractère d’urgence : difficulté à ouvrir un volet ou allumer la télévision, ampoule défectueuse, malaise, douleurs, etc.

C’est à partir de ce constat que j’ai voulu entreprendre pour améliorer le parcours de soin des patients.

Que propose HOPPEN ?

Grâce à notre tablette, le patient peut envoyer l’information directement et plus précisément : alerter les services généraux d’un dysfonctionnement, répondre à une enquête de satisfaction, etc.

Une fois notre outil mis au point, nous nous sommes rendus sur le terrain avec Sébastien pour le présenter aux professionnels de santé en milieu hospitalier. C’est là que nous avons constaté que les infirmiers étaient sollicités en permanence et étaient débordés. À ce moment-là, nous nous sommes dit que l’organisation pouvait être améliorée pour optimiser leur temps. Nous avons donc ajouté des fonctionnalités dédiées au personnel soignant. L’objectif était d’éliminer les tâches répétitives et de leur éviter des sollicitations permanentes et chronophages qui n’étaient pas liées à leur cœur de métier : le soin.

Nos solutions aujourd’hui ont pour but de faciliter l’organisation de tous les acteurs du parcours de soin et de prévenir les bonnes personnes au bon moment : brancardier, infirmier, médecin, agent d’entretien, services généraux, etc. Dans le prolongement de ce positionnement initial, nous avons souhaité digitaliser l’ensemble de l’hôpital pour fluidifier le parcours patient. Le contexte lié au virus a montré que les établissements de santé équipés par HOPPEN ont pu mieux s’organiser durant cette crise. Cela s’est traduit notamment par moins de déprogrammation d’opérations pour les malades.

À quel stade de développement Le Poool t’a donné un coup de pouce ? En quoi cela t’a permis d’accélérer ton business ?

Le Poool m’a aidé en phase initiale du projet. J’avais l’idée et le savoir-faire technique, je savais ce que j’avais envie de faire, mais j’étais conscient que ce n’était pas suffisant pour créer une entreprise dans sa globalité ! Je savais qu’il fallait être accompagné pour comprendre les étapes indispensables.

J’avais un interlocuteur dédié qui était impliqué à 1 000 %. Il a cherché à comprendre le projet et à cerner ma personnalité. Il a su adapter ses conseils et échanger sur des sujets précis avec ses collègues du Poool, spécialisés dans mon domaine d’activité, pour me transmettre les bonnes pratiques.

On a parfois tendance à foncer tête baissée lorsque l’on crée son entreprise. Le Poool a été une sorte de GPS pour HOPPEN. Leur accompagnement a été une vraie boussole pour prendre la bonne direction ! C’est fondamental, car on peut avoir tendance à faire des raccourcis, qu’on paye parfois quelques mois ou années plus tard.

Pourquoi avoir choisi Rennes pour t’installer ?

Je vivais déjà à Rennes au moment de créer HOPPEN, mais ça m’a semblé être l’endroit idéal pour 3 raisons principales fondamentales : le recrutement, l’immobilier et l’accompagnement.

Rennes est un écosystème riche qui facilite les embauches. On y trouve un vivier d’ingénieurs expérimentés et un bon niveau de formation technique à l’échelle régionale. Côté bureaux, le prix du mètre carré reste raisonnable comparé à d’autres métropoles. Enfin, les structures d’accompagnement sur place sont de qualité et sont l’occasion de rencontrer des investisseurs locaux.

L’actu du moment pour HOPPEN ?

Nous venons d’être nominés au classement French Tech FT120. Nous en sommes très fiers car cela reflète le succès de l’entreprise et l’engagement de nos collaborateurs.  Grâce au programme FT120, nous allons bénéficier cette année d’un dispositif d’accompagnement spécifique pour les scale-ups : visibilité renforcée, financement, développement international, accès à la communauté des membres pour favoriser l’entraide et le partage d’expérience, etc. On espère renouveler ce titre l’an prochain en maintenant notre hyper croissance !

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui veut se lancer ?

Foncez ! Croire en soi et en ses capacités à le faire. Les risques sont relativement faibles en France par rapport à d’autres pays. Bien sûr, il faut rester lucide : être vigilant aux signaux, savoir se remettre en cause, se repositionner au besoin et surtout bien s’entourer.