Success Story : David BIZEUL, CTO de Sekoia

« Entreprendre, c’est faire l’expérience d’une forme de parentalité ». C’est ainsi que David Bizeul, CTO de Sekoia, revient sur son cheminement et nous livre les étapes de son aventure entrepreneuriale, de la création de la startup InThreat à sa fusion avec Sekoia. Avec lui, découvrons comment une idée de base germe, se modèle au gré des rencontres et des conseils, sur un océan de possibles, tout en gardant son cap.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

David BIZEUL, CTO Sekoia

A 44 ans, je travaille depuis 20 ans dans le domaine de la cybersécurité. J’ai une formation d’ingénieur en informatique. Aujourd’hui, je suis directeur technique chez Sekoia. J’ai participé, en tant que cofondateur, au développement de Sekoia.io, notre produit.

Qu’est-ce qui t’a donné envie d’entreprendre ? 

J’aime bien cette question. Dans ma vie d’avant, il m’a été donné de monter des équipes expertes en cybersécurité. Au fil de notre travail ensemble, nous avons approfondi notre expertise concernant les attaquants. Puis, il y a 6 ans, je suis arrivé à la certitude que la Cyber Threat Intelligence (CTI) pouvait apporter à la Cybersécurité. De fait, j’ai réalisé qu’il y avait un créneau à prendre. C’est durant cette période que ma réflexion a mûri pour aboutir à la création de ma startup InThreat, fusionnée en 2016 avec Sekoia.

Que propose Sekoia ?

La fusion entre Sekoia et InThreat a fait émerger Sekoia.io, notre plateforme SAAS Extending Detection and Response (XDR). Ce produit permet, sur l’ensemble des équipements de nos clients, de détecter les cyberattaques, de réagir rapidement et de façon appropriée afin de sécuriser leur parc informatique et garder intact leur patrimoine informationnel.

En parallèle, nous avons déployé notre Cyber Threat Intelligence (CTI), afin de mieux connaitre les attaquants, identifier leurs tactiques, leurs modes opératoires, leurs outils et infrastructures. C’est en les connaissant parfaitement que l’on peut proposer des réactions adéquates. Ainsi, notre base de données est continuellement mise à jour par des centaines de sources de renseignement qualifié, traité et enrichi par SEKOIA.IO.

Aujourd’hui, Sekoia emploie 110 personnes. La moitié des effectifs se concentre sur la partie « services » au sens de conseil. Quant à l’autre moitié, elle travaille à développer Sekoia.io

Que signifie l’innovation vertueuse pour Sekoia et quelles sont vos actions en ce sens ?

L’innovation est la valeur phare de Sekoia. Or, au cœur de notre entreprise, il est entendu que nous laissons aux salariés la pleine capacité d’innover. Il y a cette notion de liberté, très importante à nos yeux, pour ne pas dire essentielle. C’est cette liberté qui fait émerger au sein de nos équipes des idées innovantes.

Chacune d’entre elles sera considérée puis valorisée. Aucune ne sera rejetée. C’est cette démarche, cette façon de fonctionner, selon moi, qui les rend vertueuses.

A quel stade de développement Le Poool t’a-t-il donné un coup de pouce ?

En quoi cela t’a permis d’accélérer ton business ? 

C’est particulièrement au début de mon aventure d’entrepreneur que le Poool m’a rendu service. Cela m’a donné les clés pour bien démarrer ma startup.

Lorsque j’ai lancé InThreat, j’ai intégré le programme « StartMeUp ». J’y ai exposé ma proposition innovante. J’ai reçu alors des conseils d’entrepreneurs et des bons réflexes à adopter. Ils m’ont donné des idées afin de tracer une bonne feuille de route pour mon entreprise.

Le Poool m’a aussi fait gagner un temps précieux. Entendre la voix de personnes qui sont passées par là m’a guidé vers les bons chemins, afin d’éviter certains pièges, et poser des jalons. Tel un navigateur, cela m’a permis de décider du cap qu’il me fallait prendre, et de savoir comment le conserver.

Pourquoi avoir choisi Rennes pour t’installer ?

Ma démarche d’implantation d’entreprise à Rennes ne s’est pas faite par hasard. Au contraire, mon choix a été calibré. En effet, en 2014, je suis encore en poste à Paris. Dans la réflexion de créer ma startup, je m’interroge sur le lieu idéal : Paris ou Rennes. J’aime le dynamisme naissant de l’écosystème Cyber à Rennes. Je suis également attiré par le confort de vie, pour moi mais aussi pour des salariés qui viendraient nous rejoindre. Je pense à des cadres parisiens en particulier. Rennes n’est pas loin de Paris et son contexte offre de nombreux avantages. Enfin, dans la capitale bretonne particulièrement, j’identifie deux structures qui pourraient m’accompagner dans mon début d’aventure : le Poool, et Bretagne Développement Innovation.

C’est pour toutes ces bonnes raisons que j’ai choisi Rennes. Aujourd’hui, je sais que j’ai bien fait, car les conditions idéales sont réunies pour le développement de l’entreprise dans un cadre confortable et porteur.

L’actu du moment pour Sekoia ?

Notre première actu a été mise en valeur à l’occasion des Assises de la Sécurité, du 13 au 16  octobre dernier. Sekoia s’est associé à 4 autres acteurs experts de la cybersécurité en Europe pour créer l’OPEN XDR Platform. L’idée est de fédérer des professionnels du domaine (et leurs technologies innovantes) au sein d’une même plateforme. Le but est à la fois de simplifier l’offre et de renforcer la cyberdéfense au niveau européen.

En seconde actu, Sekoia a été lauréat du concours innovation i-Nov 2021 pour son projet Intelligence Node — qui signifie « nœud de renseignement » , soit la capacité pour un client de produire lui-même son propre renseignement avec toute la R&D que nous avons construite durant les 5 dernières années.

Enfin, quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui veut se lancer ?

J’en prodiguerais volontiers plusieurs. Le premier serait de se faire confiance et de ne pas avoir peur de l’avenir. Pour ma part, si j’avais écouté mon entourage, jamais je ne me serais engagé. Et pourtant, je l’ai fait et j’ai eu la chance de vivre, hier comme aujourd’hui, plusieurs aspects de la création d’entreprise : l’adrénaline qu’elle procure mais aussi l’expérience et la richesse d’enseignement que j’en tire à chaque étape, à chaque tournant.

Ma seconde suggestion serait d’accepter de pivoter (d’ailleurs, cette expression a beaucoup de sens dans le domaine technologique), admettre d’évoluer. Je m’explique : le plus important c’est l’idée de base, bien sûr, dans ces fondements. Mais il faut être conscient qu’elle ne doit pas rester figée. Peu à peu, elle va mûrir, changer. Elle ira à gauche, à droite. Elle rectifiera un peu sa direction, au fil des rencontres, des différents clients et au vu des conseils avisés provenant de personnes d’expérience.

Je comparerais le produit de base du projet à un nouveau-né. Il vient au monde. Puis pour grandir, il lui faudra des ressources, lesquelles le façonneront. L’entrepreneur est son parent. Il va l’accompagner et favoriser son épanouissement.

>> Envie d’entreprendre à Rennes ? Ou tout simplement de vous installer dans la capitale bretonne ? Consultez les articles de Rennes Business !