Success story : Secure-IC avec Hassan Triqui (président)

Entrepreneur dans l’âme, Hassan Triqui est de ceux qui ne cessent jamais d’innover. Il a créé Secure-IC en 2010 dans le domaine alors émergent de la cybersécurité. Aujourd’hui, Secure-IC compte 80 salariés répartis sur l’Asie, aux États-Unis et en Europe. Hassan Triqui ne compte pas s’endormir sur ses lauriers et en rester là. Présentations !

Hassan Triqui, président de Secure-IC

Hassan Triqui, président de Secure-IC

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis cofondateur et président de la société Secure-IC. Rennais d’adoption depuis 30 ans et très attaché au territoire breton, il m’a rapidement semblé important de m’impliquer dans le développement économique du territoire. C’est d’ailleurs pour cette raison que je suis membre du cockpit du Poool. Une manière pour moi de rendre ce qu’on m’a donné : Secure-IC est né grâce au Poool, et plus précisément grâce à Rennes Atalante. J’ai suivi tout le parcours initiatique qu’ils proposaient pour créer puis propulser mon entreprise. Je tiens aujourd’hui à faire profiter de mon expérience à d’autres.

Qu’est-ce qui t’a donné envie d’entreprendre ?

C’était enfoui en moi depuis très longtemps. J’ai toujours considéré l’entrepreneuriat comme une manière de m’accomplir. J’aimais aussi l’idée de faire se rencontrer l’innovation, la technologie et le marché. En 2010, alors que je travaillais pour Thomson Technicolor et que je revenais de trois ans d’expatriation en Californie, j’ai décidé d’aller plus loin. Je crois que j’attendais le moment propice pour me lancer.

Que propose « Secure-IC » ?

Nous sommes des spécialistes de la cybersécurité embarquée depuis 2010. Notre mission est de protéger les objets mobiles connectés contre la menace cyber et les attaques malveillantes. À titre d’exemple, nos technologies sont embarquées dans beaucoup de calculateurs automobiles, pour sécuriser les fonctions importantes des véhicules d’aujourd’hui — comme l’assistance à la conduite. Notre vision du métier est transversale et nous adressons de multiples marchés et domaines (automobile, smartphones, serveurs informatiques, etc.)

À quel stade de développement Le Poool t’a donné un coup de pouce ? En quoi cela t’a permis d’accélérer ton business ?

À vrai dire, dès le départ, en 2010. J’ai été accompagné, soutenu, encouragé par l’équipe du Poool — à l’époque Rennes Atalante. J’ai suivi tout le parcours d’une startup, du programme initial jusqu’à Emergys, puis Essor. Nous participons actuellement à Booster Bretagne. L’objectif de cet accélérateur : aider les entreprises à franchir un palier quant à la maturité d’organisation, et accélérer notre croissance tant côté effectif que côté chiffre d’affaires. Ces dispositifs permettent aussi de gagner du temps, car le business se fait (évidemment) en réseau.

Pourquoi avoir choisi Rennes pour t’installer ?

Parce que je suis très attaché à Rennes et à la Bretagne. Parce que j’y ai fait mes études. Parce que l’activité cybersécurité est extrêmement développée sur le bassin. Mais surtout parce que les talents sont ici !

L’actu du moment pour « Secure-IC » ?

Notre projet d’entreprise : devenir le leader mondial de la cybersécurité embarquée. Avec à la clé un plan de développement ambitieux et 100 emplois créés d’ici 4 à 5 ans sur le seul bassin rennais. Nous poursuivons également notre déploiement à l’international, avec l’ouverture d’un bureau à Shanghai dans les prochains mois.

Enfin, quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui veut se lancer ?

Tout simplement de se lancer parce que l’entrepreneuriat est source d’exaltation personnelle, avec sa part d’adrénaline… même 10 ans après !