Success Story : Abdelmoula Tamoudi, PDG de Kereval

Entrepreneur inspirant et inspiré, Abdelmoula Tamoudi est un personnage à rencontrer. Au fil de cette interview, vous pourrez découvrir un homme à la fois humble et précurseur, engagé et investi, dans son entreprise et sur le territoire rennais. Voici son témoignage.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Kereval, une success story à Rennes

Abdelmoula Tamoudi, PDG de Kereval

Ma Maitrise en mathématiques et physique en poche, je suis parti du Maroc pour un DEA, puis un doctorat — toujours en maths — à Toulouse, suivi d’une double compétence en informatique à Supélec Rennes. Non seulement je suis tombé amoureux de la Bretagne, mais j’y ai aussi été recruté par le responsable informatique de Supélec en 1987, Stéphane Miège, qui créait alors son entreprise : AQL, pour Alliance Qualité Logiciel.

En 1999, j’embarque sur la vague de l’Internet pour fonder une société avec d’autres collègues — Net4Any, qui signifie littéralement « le réseau pour tout le monde ». Nous étions déjà dans l’Internet mobile et la gestion de contenus web accessibles sur ces devices. En 2002, j’ai voulu voler de mes propres ailes et créer mon entreprise : Kereval.

Qu’est-ce qui t’a donné envie d’entreprendre ?

J’ai vécu la création d’une société, AQL, dont j’étais le premier salarié. Je l’ai vu grandir au fil des années, jusqu’à ce qu’elle atteigne les 100 collaborateurs pour être ensuite rachetée successivement par Silicomp  puis Orange — AQL est d’ailleurs devenu Orange Business Services. Dans cette entreprise, j’ai été ingénieur développement, puis chef de projet, responsable grands comptes et même secrétaire du comité d’entreprise. Je voulais aller plus loin, diriger une équipe et un projet qui serait le mien. Je crois aussi que j’avais envie de reconnaissance, comme beaucoup d’entrepreneurs. 

Que propose Kereval ?

Aujourd’hui, nous sommes 65 collaborateurs (et bientôt beaucoup plus !). Notre chiffre d’affaires oscille entre 4 et 5 millions d’euros selon le contexte économique et sanitaire. L’international représente 25% de notre activité.

Kereval est un laboratoire d’ingénierie de test logiciel. Nous sommes des chasseurs de bugs de ces produits pour en améliorer la qualité, de l’amont au déploiement. En complément, nous proposons une offre de services complète, du conseil à la formation jusqu’à la vérification, la validation et le développement de bancs de tests.

Nous avons ainsi un laboratoire accrédité COFRAC pour la santé, un autre accrédité AEF pour les tests ISOBUS pour l’agroéquipement, et un troisième qualifié PASSI (pour Prestataires d’Audit de Sécurité des Systèmes d’Information) par l’ANSSI. Ce que nous faisons ? Tester les conformités en lien avec les standards nationaux et internationaux dans la santé, la défense, la cybersécurité, l’automobile, l’agroéquipement ou le numérique de façon générale.

Depuis presque 20 ans, nous avons appris à nous diversifier à la fois dans les technologies et les secteurs que nous adressons. Mais notre métier est toujours resté le même. Avec cette spécificité que nous avons su développer dans l’interopérabilité — ou comment faire en sorte que tous les produits et équipements parlent le même langage, sans effort pour l’utilisateur final. Nous avons aujourd’hui tissé des liens forts avec une association européenne, IHE-Europe, et à l’international avec des industriels comme Siemens, General Electric, Agfa ou Philips.

À quel stade de développement Le Poool t’a donné un coup de pouce ? En quoi cela t’a permis d’accélérer ton business ?

Rennes Atalante [NDLR : structure historique fusionnée avec la French Tech Rennes-Saint-Malo] m’a aidé dès la création de mon entreprise sur tous les volets essentiels : juridique, aides financières, visibilité et notoriété. Grâce à leur accompagnement, j’ai rencontré des partenaires de confiance (avocat, expert-comptable), des clients (comme Orange) et même de futurs collaborateurs. BPI France nous a aussi apporté de précieux conseils dans nos montages financiers. Dernièrement, nous avons participé à la première promo du Booster Bretagne animé par le Poool — nous avons pu échanger avec d’autres entrepreneurs, nous poser les bonnes questions, nous inspirer de bonnes pratiques et sortir de notre zone de confort.

Pourquoi avoir choisi Rennes pour t’installer ?

J’ai découvert Rennes pendant mon année à Supélec, pour ne plus quitter cette belle ville pour son attractivité, sa qualité de vie, son hospitalité, son dynamisme économique. Pour son potentiel de recrutement aussi : Rennes dispose d’un gisement de diplômés avec ses grandes écoles et ses universités. Enfin, pour son réseau : j’ai pu tisser des liens avec des instituts de recherche en tant que chercheurs, et bénéficier de l’aura de la région dans le numérique et la cybersécurité en tant qu’entrepreneur. Un réseau animé par de nombreux acteurs, qui œuvrent pour les porteurs de projets innovants —, Rennes Atalante et le Poool, Biotech Santé Bretagne, BPI France, BDI, mais aussi les pôles de compétitivité tels que ID4car ou Image & Réseaux. Bref, un territoire aux multiples atouts pour ma vie personnelle et professionnelle.

L’actu du moment pour Kereval ?

Il y en a deux ! Kereval assoit son expertise dans l’interopérabilité appliquée à la santé, en lien avec la politique nationale en faveur du développement du numérique : « Ma santé 2022 ». Aujourd’hui, les éditeurs doivent passer un ensemble de tests pour que leurs logiciels communiquent entre eux : nous avons développé un produit utilisé par le ministère de la Santé en France, mais aussi par d’autres pays d’Europe — à ce jour : la Suisse, la Grèce, l’Irlande et l’Italie.

Nous renforçons également notre offre dans la cybersécurité liée aux systèmes embarqués — dans l’automobile, la santé, les objets connectés.

C’est pour ces activités que nous avons de forts besoins en recrutement : nous avons accueilli une dizaine de personnes cette année, 10 postes sont à pourvoir ainsi que 9 offres de stage. Notre objectif : dépasser la centaine de collaborateurs d’ici deux ans.

Que signifie l’innovation vertueuse pour Kereval et quelles sont vos actions en ce sens ?

Pour moi, l’innovation n’est pas uniquement technique : elle est partout dans l’entreprise, et concerne tous les collaborateurs. Innover, c’est sortir du cadre établi, même si cela paraît infranchissable. Il faut oser prendre des risques, ne pas s’enfermer dans des certitudes et accepter les visions opposées.

Côté métier, l’interopérabilité des logiciels de santé facilite le quotidien des utilisateurs, améliore la prise en charge et le suivi des patients. Nous avons la conviction que l’utilisateur doit être au centre de l’innovation.

Enfin, quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui veut se lancer ?

Disons qu’il s’agit davantage d’une expérience que d’un conseil. J’ai toujours tenu à mesurer les risques de mon entreprise sur mon environnement familial. Et à m’entourer, de ma famille et de tous ceux qui ont emprunté la même route avant moi. Mon ancien patron a été un pilier dans cette aventure. Je sais aussi qu’on ne peut pas être bon partout, et qu’il est indispensable de faire appel à des compétences complémentaires. Et puis de s’ouvrir vers l’extérieur, pour trouver des sources d’inspiration, challenger ses idées !

>> Envie d’entreprendre à Rennes ? Ou tout simplement de vous installer dans la capitale bretonne ? Consultez les articles de Rennes Business !