[StartMeUp] Rencontre avec Erity, la startup à impact dédiée aux victimes de violences

Comme toutes les années, la dernière promotion 2021 de StartMeUp comptait dans ses rangs de beaux projets à l’image de notre territoire. Une 8e promo qui a tiré sa révérence en décembre, avec les traditionnels pitchs finaux des entrepreneurs accélérés. Cécile Duport était l’un d’entre eux. Son projet ? Erity, une plateforme de ressources, d’entraide et d’orientation qui a pour vocation d’accompagner les victimes de violences sexuelles ou psychologiques dans leur parcours de reconstruction.

Erity est une startup à impact, qui vient en aide aux victimes de violences. Témoignage de Cécile Duport, sa fondatrice

Cécile Duport, co-fondatrice d’Erity

Erity est une startup à impact : son ambition n’est pas essentiellement économique, mais sociale et sociétale, profondément humaine. Cécile Duport, co-fondatrice avec son mari Hubert Vaudaux, partage : « Nous voulons apporter de la valeur pour les personnes victimes de violence, ainsi que pour leurs proches, en lien avec les professionnels qui pourraient les accompagner. Les solutions sont difficiles à trouver pour ces victimes, qui peuvent se sentir seules ou désemparées, sans savoir vers quel interlocuteur se tourner. En conséquence, le coût social est énorme. Nous croyons qu’Erity peut apporter sa pierre à l’édifice, avec une logique à la fois entrepreneuriale et sociale. » La plateforme est d’ailleurs en ligne depuis tout début janvier, et ne cessera d’évoluer dans les mois à venir. Présentations.

La force du vécu : l’effet miroir

C’est parce qu’elle a emprunté les chemins tortueux de son propre parcours de reconstruction que Cécile Duport a imaginé Erity il y a plus de 6 ans. Elle-même victime de violences dans sa vie personnelle et professionnelle, Cécile Duport a longtemps cherché, trébuché, croisé les mauvais interlocuteurs, souffert de troubles du stress post-traumatique, pour enfin se reconstruire. « Ce parcours est long. On estime qu’il faut 13 ans en moyenne à une personne pour y arriver, à partir de la prise de conscience. Mais il peut aussi se compter en dizaines d’années. Une galère qui s’ajoute au vécu traumatique des victimes. Erity est ma manière d’apporter des solutions concrètes pour réduire ce temps d’errance, et aider ces personnes à se retrouver. »

Avocate de formation, un métier qu’elle a d’ailleurs exercé pendant une dizaine d’années,  Cécile Duport n’a cessé d’apprendre et de se former. Une démarche introspective d’abord, puis tournée vers celles et ceux qu’elle pourrait aider. Après l’EMDR qui a marqué son parcours de reconstruction personnelle, elle se dirige alors vers une formation spécialisée dans les agressions sexuelles et l’inceste. En parallèle, c’est par son engagement dans l’association rennaise En Parler, qu’elle prendre à nouveau conscience de la force des témoignages : « Dans mes lectures ou mes formations, j’avais déjà eu ce choc de l’expérience vécue partagée, qui éclaire et rassure. Avec En Parler, j’ai compris que c’était l’une des clés du parcours de reconstruction. » Un pilier pour Erity.

Informer, former, orienter

Erity est une plateforme en ligne destinée aux victimes de violence, et à leur environnement. « Pour les victimes, nous facilitons la prise de conscience par l’effet miroir, au travers de témoignages, de ressources écrites et d’un podcast qui réunira autour de la table une victime de violences, un professionnel, et moi en tant qu’ancienne avocate. Nous avons baptisé notre podcast Génération Kintsugi, une méthode qui consiste à recoller des morceaux de porcelaine ou de céramique brisée avec de l’or, pour magnifier l’objet réparé. Les victimes de violence ont souvent honte ou peur, nous voulons porter un message positif pour qu’elles en ressortent grandies. » Ce podcast traitera chacune des étapes du parcours de reconstruction. Le premier épisode, « Accueillir la parole », a été tout récemment publié.

L’esprit communautaire est le socle d’Erity, qui met à disposition des espaces d’échanges et d’entraide publics et privés pour les victimes. Des ressources publiques auxquelles pourront accéder leurs proches, pour mieux les comprendre et les accompagner : « Les proches sont souvent les grands oubliés, alors qu’ils sont au premier plan. C’est en ce sens que j’ai préparé un guide de 74 pages, téléchargeable sur Erity, pour qu’ils puissent être un maillon fort de la chaine dans le parcours de reconstruction. »

Enfin, Erity ambitionne d’orienter et de mettre en relation les victimes avec les bons interlocuteurs, au bon moment. Thérapeutes, coachs, avocats, assistants sociaux pourront bientôt échanger sur leurs bonnes pratiques dans un espace qui leur sera réservé, et identifier le professionnel à recommander à son patient dans son parcours.

Des services et un positionnement que Cécile Duport a pu affiner lors de son accélération à StartMeUp. « J’ai pu appliquer très rapidement les apports théoriques déroulés en formation, et apprendre des retours d’expérience d’autres entrepreneurs. J’ai aussi compris qu’entreprendre comporte sa part de doute et de recalibrages, en itération. Et je me sens totalement en phase avec cette philosophie ! »

Rendez-vous sur Erity pour découvrir son podcast, ses ressources — d’autres sont à venir.