Hello my name is… Nicolas Bessec

LConnaissez-vous Nicolas Bessec ?e nom Bessec vous est sans doute familier, et pour cause : l’entreprise éponyme a été créée il y a plus d’un siècle et demi à Saint-Malo — en 1862 précisément. De cette longue histoire familiale, Nicolas Bessec a hérité de l’esprit d’entreprendre dans son sens le plus large. Il se définit d’ailleurs comme « un créateur d’écosystèmes positifs ». Avec toujours, dans chacun de ces projets, cette volonté de mettre en avant le collectif, la combinaison de compétences, d’envies et d’ambitions.

Déployer la transformation digitale chez Bessec Chaussures : check

Après avoir travaillé dans l’industrie en tant qu’acheteur, Nicolas Bessec intègre le groupe familial en 2010. Il est alors convaincu de l’apport du numérique, tant pour le développement commercial de Bessec Chaussures, que pour la cohésion entre collaborateurs et vendeurs en boutiques. Il initie un vaste projet de transformation digitale du groupe. Avec en point de départ, le lancement du site e-commerce, qui a mené naturellement à digitaliser la logistique et les achats.

Nicolas Bessec se souvient : « lorsque je suis arrivé en 2010, on utilisait encore le fax pour communiquer entre le siège et les magasins. Aujourd’hui, ces nouveaux outils sont complètement intégrés dans le quotidien de l’entreprise. » Parmi eux, un système de vote électronique pour que les responsables des magasins puissent évaluer les collections en boutique : « ils peuvent ainsi les présélectionner, à partir de ce qu’ils constatent sur le terrain — les meilleures ventes, les retours clients. Ce qui permet à la fois de réduire les risques dans les choix des modèles, de souder les liens entre le siège et les boutiques, et enfin de répondre aux spécificités locales de chaque clientèle en magasin. »

Fonder un réseau d’échanges… et le voir grandir : check

Aujourd’hui, Nicolas Bessec a quitté ses fonctions opérationnelles pour se consacrer à d’autres projets. Dont Commerçants Connectés, qu’il a initié alors qu’il s’était engagé dans la transformation digitale de Bessec Chaussures. « Quand je me suis lancé, je n’y connaissais pas grand-chose. Il n’existait aucune formation pour acquérir ces compétences. » Au fil des échanges avec d’autres commerçants, il constate qu’il est loin d’être le seul à s’interroger et à tâtonner. « Je me suis dit que ça valait le coup de créer un réseau d’échanges et d’entraides. Pour partager nos bonnes pratiques et nos erreurs, faire de la veille et grandir tous ensemble. »

Le réseau Commerçants Connectés compte une trentaine de professionnels dans tout le Grand Ouest. « Il est ouvert à tous les commerçants qui vendent leurs produits en ligne ou digitalisent leurs points de vente. » Chaque mois, les adhérents se réunissent au sein de leur hub local pour approfondir un thème en particulier. Sur la communication web (site web, ergonomie, réseaux sociaux), mais aussi sur tous les aspects ressources ou logistiques qui touchent à la transformation digitale, pour les petites boutiques comme pour les grands groupes. C’est d’ailleurs la force de ce réseau, qui rassemble toutes les tailles de structure dans un objectif commun : trouver des réponses, des solutions concrètes, dans le développement de leur activité en lien avec le numérique. Et ce n’est pas tout : le 23 septembre dernier, la Licence Professionnelle Commerçants Connectés a été officiellement ouverte aux inscriptions.

C’est aussi dans cette logique que le WUD (pour World Usability Day) a vu le jour en 2015 : pendant une journée, les commerçants peuvent faire tester leur site web, en condition réelle, par un large panel d’internautes. Ces tests-utilisateurs, qui passent au peigne fin l’ergonomie et l’utilisabilité d’un site, sont riches en retours mais difficilement accessibles à des entreprises de taille modeste. Après avoir soulevé cette problématique au sein du réseau Commerçants Connectés, le WUD est lancé. Sa 4e édition a eu lieu il y a quelques jours à l’occasion de la journée MàJ organisée à Saint-Malo.

One last thing

En réalité, il y en a plus d’une. Car Nicolas Bessec est impliqué dans bien d’autres initiatives, comme le collectif de citoyens-entrepreneurs Les Vagues, qui vise à réunir des talents de tous horizons (artistes, scientifiques, marins, dirigeants d’entreprises…) pour imaginer de nouveaux projets, qui répondent aux enjeux du XXIe siècle. Il est aussi à l’initiative des Ateliers du Territoire, des apéros-brainstorming mensuels pour proposer des pistes d’actions concrètes pour le territoire. Nicolas Bessec est engagé dans l’entrepreneuriat social avec Latitudes et Entreprendre&+. Et dans la création de villages flottants, avec Vivre en Merrien. « Nous voulons que ces villages soient une sorte de laboratoire de technologie, d’écologie, d’innovation sociale… Et que ce soit un creuset de créativité, avec un mode de vie différent, inspiré du monde marin et maritime. » Ce dernier projet sera officiellement présenté cet hiver. À suivre de très très près !